DÉCRET DU 2 FEVRIER 1988
Est passible de l’amende prévue pour les contraventions de
4e classe toute personne qui utilise sans droit les marques distinctives
de qualification artisanale dont le modèle et les conditions
d’apposition sont fixées par le Ministre chargé de l’Artisanat.

Les vrais artisans sont identifiés par un logo, mais que représente t’il exactement ?

Tous les travailleurs indépendants n’ont pas le titre d’Artisan, et son usurpation est passible de sanctions.

C’est la Chambre de Métiers et de l’Artisanat qui délivre le titre d’Artisan, autorisant conjointement l’usage du logotype qui lui est associé. Pour obtenir ce titre, il faut faire valoir des preuves de diplôme et ancienneté dans le métier déclaré comme activité principale.

Le mot « artisan » a longtemps été synonyme que celui d’ « artiste », qui désigne celui qui se met au service d’autrui. Si le second est plus généralement associé aux métiers de loisirs, le premier désigne ceux dont l’activité est liée à la production de services commerciaux.

L’artisan est très souvent un ancien salarié qui s’est installé à son propre compte. Grâce à son expérience , il met son savoir faire préalablement acquis au service de ses clients, avec le devoir impératif de les satisfaire pour voir ainsi prospérer son entreprise.

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer l’usage malencontreux que certains font parfois du mot « artisanal », seul un travail réalisé dans les règles de l’Art mérite cette qualification rigoureuse.

En résumé, l’Artisan digne d’afficher son titre est celui qui en défend au quotidien les valeurs d’exigence, de qualité, et qui accepte l’ensemble des difficultés à les assumer.

Tout cela pour continuer à mériter sa qualification joliment symbolisée par un logo en forme de  » a « .